uni-vers la conscience

uni-vers la conscience

Incompatibilité entre l'Alchimie et science moderne

gravure sur bois Camille Flammarion.jpg    Quand on lit les textes des alchimistes anciens, on se rend compte que la vision du monde de ceux-ci intégrait la notion d’Ether, terme qui fait bondir les physiciens modernes, comme si on avait dit Lucifer ou Belzébuth.

 

Avant 1887, et surtout avant 1905, les physiciens travaillaient avec le concept d’Ether. L’expérience de Michelson-Morley en 1887 avait pour but de détecter cet Ether qui était conçu comme le médium qui occupait la totalité de l’univers et transmettait des effets électromagnétiques et des radiations. Comme ils ne détectèrent rien, les physiciens de l’époque émirent une hypothèse connue sous le nom de Contraction de Lorentz.

 

En 1905, Einstein, qui avait « emprunté » les travaux d’Henri Poincaré, déclara que l’Ether n’existait pas et introduisit son concept de Relativité. Les procédures d’Einstein n’étaient que des vues de l’esprit qui furent à l’époque sujet à de très grandes controverses, certains comme Nikolas Tesla n’hésitant pas à dire de celui-ci qu’il était un Fuzzy Haired Crackpot, que nous traduirons Crétin Frisé. Les physiciens modernes bondiront à l’idée que leur dieu soit qualifié ainsi, mais maintenant, un siècle plus tard, de nombreux travaux offrent une interprétation autre que la Relativité, (voir les travaux d’Oleg Jifemenko pour des explications sur la retardation des satellites auxquels les physiciens se raccrochent pour offrir une preuve de la Relativité), peut-être commencent-ils à chercher d’autres explications. Malheureusement, la science n’avance qu’un corbillard à la foi, ce qui se comprend car il est difficile à ceux qui ont vécu en promouvant le consensus de changer de point de vue. Mais ne viennent-ils pas d’admettre que le Dark Matter (ou matière noire qui comprendrait 95% de l’Univers) n’existe pas ?

 

L’expérience de Michelson-Morley était de toute façon vouée à l’échec. Tout dans leur expérience est basée sur la vitesse de la lumière, qui aurait dû être différente à 6 mois d’intervalle. C’est la compréhension, ou incompréhension même de la nature de la lumière qui condamnait cette expérience : Par exemple, la lumière se propage à 300000 km/s, mais quand elle passe à travers une vitre, sa « vitesse » de propagation tombe à 200000 km/s. Quand elle ressort de l’autre côté de la vitre, elle est à nouveau à 300000 km/s, violant ainsi le second principe de la Thermodynamique, puisque de l’énergie est produite à partir de rien. Une conception nouvelle de la nature de la lumière est à exprimer. Nous proposons que ce soit une perturbation de l’Ether, de propagation coaxiale. Tesla disait que la lumière était à l’Ether ce que le son est à l’air. En effet, quand nous parlons, nous faisons vibrer les molécules d’air mais nous n’émettons rien, nous perturbons seulement le médium entre nous et nos interlocuteurs.

 

Un autre problème de la physique moderne qui nie la possibilité de transmutation, est que les forces dans les atomes, dans le noyau, sont si fortes qu’il serait impossible de produire des changements, disons par exemple du plomb en or, sans évoquer des forces gigantesques, et la physique a réussi de petites transmutations de ce genre depuis 1980 en bombardant des atomes de plomb dans un accélérateur de particules. Les expériences et recherches de Louis Kervran sur les transmutations à faible énergie des années soixante sont souvent ignorées, mais elles existent. Peut-être ne serions-nous pas en vie s’il en était autrement, quand on considère le peu de nutriments dans l’alimentation moderne, mais nous nous égarons. Les expériences du projet SAFIRE prouvent qu’il suffit d’une anode et d’une cathode pour créer toute une panoplie d’éléments qui n’existaient pas auparavant. Des chercheurs proposent également un nouveau modèle de l’atome (Structured Atom Model – Structuredatom.com) simplement en mettant en jeu deux particules, électron et proton.

 

Les alchimistes ne conçoivent pas la Nature comme une Figure échevelée habillée comme une hippie avec un sac de particules. La nature est simple. Elle tire à partir de l’Ether (on pourrait dire la Nature est l’Ether) tout ce dont elle a besoin. Elle donne vie à travers la lumière. Comme dit la table d’Emeraude, le soleil est son père. Dans la lumière ainsi distribuée, le Feu des alchimistes est également donné, à tout sur la terre, et dans chaque règne. Le travail de l’alchimiste est de sélectionner quelle matière a le plus de ce Feu sans avoir besoin de ramasser la rosée de Printemps puisque la Terre est sa nourrice. Par exemple, ce Feu accumulé pendant des dizaines d’années dans un arbre est plus concentré que dans le trèfle ou dans les plantes annuelles.

 

Munis de ce savoir auquel les anciens consacraient des chapitres dans la partie théorique de leurs traités sans avoir la connaissance moderne, nous pouvons avancer nos travaux et vérifier les leurs. L’Alchimie est, car elle est la réflexion des sages sur la nature de l’Univers. La science moderne passera.

 

Patrice



13/07/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 57 autres membres