uni-vers la conscience

uni-vers la conscience

Les quatorze chakras

aura chakra couleur.jpg   Vous connaissez les sept chakras qui palpitent sur le corps d’énergie. Mais la gamme étendue couvre deux octaves : les chakras y sont alors au nombre de quatorze.
 
Vous vous demandez pourquoi je parle d’octaves à propos des chakras. J’ai établi une correspondance qui me semble évidente entre les chakras et les notes de la gamme. C’est ainsi que je les nomme en abrégé, par la lettre code qui indique la note dans la plupart des pays — sauf en Français. J’ai déjà eu l’occasion de dire et de montrer que le français est une langue initiatique. Vous allez avoir l’occasion de le vérifier une fois encore dans cet article.
 
Voici l’équivalence entre la notation internationale des notes de musique, et les notations italo-françaises :
C = ut   D = ré   E = mi   F = fa   G = sol   A = la   B = si
 
Ces noms viennent du latin, elles sont issues d’un chant religieux, plus précisément l’hymne à St Jean-Baptiste. C’est Guido d’Arezzo qui les a nommé en utilisant les initiales des sept phrases composant l’hymne : «Ut queant laxi, Resonare fibris, Mira gestorum, Famuli tuorum, Solve polluti, Labii reatum, Sancte Iohannes.» Le C du haut est une transformation de celui du bas, Ut, qui devient Do de Dominus.
 
J’ai parlé de quatorze chakras. Il y en a d’autres, ceux-ci ne sont que les principaux. Sur le schéma, on constate que les intervalles entre les chakras sont loin d’être aussi réguliers que les intervalles entre les notes de musique.
 
 
 
 chakras-quatorze.jpg
 
 
 
Pourtant je persiste dans cette équivalence. Les chakras émettent des vibrations qui correspondent aux notes de la gamme occidentale. Dans d’autres pays, en Asie notamment, la gamme est différente.  Je laisse aux Asiatiques le soin de faire une transposition qui leur parle davantage.
 
Le schéma montre un être humain en blanc et son aura en jaune. Je n’ai pas représenté le corps subtil, chacun peut l’imaginer à quelques centimètres autour du corps physique.
 
De haut en bas, voici l’énumération des quatorze chakras sur lesquels je travaille dans mes séances de reki :  deux chakras majeurs sont au dessus du corps physique, dans la partie supérieure de l’aura, D et C. Ils sont notés en noir sur mon schéma. L’emplacement exact des chakras correspond aux lignes, elles-mêmes situées juste au dessous des lettres.
 
Suivent les sept chakras du corps d’énergie ou corps subtil, B, A, G, F, E, D et C. Ils sont notés en rouge.Toujours sur ce même corps d’énergie se trouvent trois autres chakras dits mineurs : B, A et G notés en bleu.
 
Enfin j’ai mentionné deux chakras tertiaires dans la partie inférieure de l’aura, notés en noir.
 
Avant d’aller plus loin, je voudrais souligner l’équilibre du haut et du bas : aux deux chakras majeurs dans la partie supérieure de l’aura correspondent les deux chakras tertiaire dans la partie inférieure. Ainsi se vérifie le sage précepte de la Table d’Émeraude : ce qui est en haut est comme ce qui est en bas.
 
 
Les sept chakras centraux
 
J’ai déjà parlé de ces chakras dans un précédent article auquel je vous convie. Je me contenterai ici d’y revenir brièvement. De bas en haut, nous avons C rouge, le centre de base. C’est la pompe à énergie vrille qui alimente tout le schéma énergétique. Cette pompe à vrille est assisté dans sa tâche par un chakra secondaire, la plante des pieds, notée G bleu.
 
Au dessus du C, le D rouge correspond au centre sexuel. Dans ma pratique du reiki, le centre sexuel est intimement relié à un autre chakra secondaire, celui des chevilles, noté en A bleu sur mon schéma.
 
 
chakras-quatorze.jpg
 
 
 
Au dessus du D rouge se trouve le centre du ventre, noté E rouge. C’est le hara des Japonais. Il gère l’affirmation de soi, l’assurance, l’aplomb. Ceux et celles qui souffrent de timidité excessive auront bénéfice à un rééquilibrage de la circulation énergétique vers ce chakra, suivi d’un massage du ventre.
 
Plus haut vient le centre du cœur, au plexus cardiaque, en F rouge. Dans ma pratique du reiki, le centre du cœur est étroitement relié au chakra secondaire des genoux, B bleu. L’ouverture du cœur est le préalable obligé de toute vie intérieure. Seuls ceux qui ont eu le cœur brisé, déchiré, en miettes, sont capables d’aimer. Cet amour-là est le chemin qui a du cœur. Il mène à la Voie plus sûrement qu’aucun autre.
 
Plus haut, c’est le centre de la gorge, G rouge, qui préside à la magie. Le chant sacré, la parole envoûtante, l’énergie du verbe proféré ainsi que toute la magie sonore sont gouvernés par l’ouverture de ce chakra. Le centre de la gorge est relié au chakra sommital, la porte du ciel, situé au sommet de l’aura et noté D noir sur mon schéma.
 
Encore plus haut on a le troisième œil, noté A rouge, qui ouvre la clairvoyance, la claire audience et la connaissance immédiate. Ce chakra est connecté avec le premier chakra majeur, noté C noir. Quand le troisième œil est grand ouvert, la tête se vide comme par enchantement. La machine à fantasmes et l’usine à pensées sont en grève. Croyez-moi, c’est reposant.
 
Au sommet du crâne se trouve le chakra couronne, à la fontanelle. Il est marqué B rouge. Quand la couronne tombe, la fontanelle s’ouvre en grand, c’est l’éveil. Ton corps devient la Maison-Dieu. Voilà pour les chakras les plus connus.
 
 
Les chakras majeurs
 
Au nombre de deux, le Vibreur en C noir et la Porte des Étoiles en D noir, ils sont majeurs, non pas parce que les autres seraient mineurs, mais parce qu’ils sont en position dominante dans l’aura, juste au dessus de la fontanelle, donc arrosés en permanence par le flux qui jaillit de celle-ci, et dans le même temps qui s’y engouffre, car le mouvement d’éveil est ressenti comme une aspiration aussi bien que comme une absorption, celle d’un flux puissant qui vient d’en haut. Le flux ascendant émerveille et fait dire merci. Le flux descendant nettoie et régénère.
 
Le Vibreur a pour fonction d’activer la circulation des flux d’éveil issus et reçus par la fontanelle. Il est un peu le pendant du centre de base qui pompe l’énergie tellurique. Mais il est largement ignoré par la plupart des praticiens. Parfois je me demande si ces gens-là sont vraiment sensitifs. Quand je les regarde travailler, quand je les écoute en parler, je me pose la question.
 
L’ouverture du chakra vibreur correspond au second degré de l’éveil. Un Vibreur optimal fait un boulot prodigieux. Il active tout. Chez beaucoup d’entre nous, le Vibreur est paresseux, quand il est ouvert. Bien souvent il ne l’est pas. Endormi, il n’aide en rien le flux de vrille cosmo-tellurique, il peut même entraver le processus. Vif et alerte, le Vibreur fait briller les yeux, l’aura, la peau peut même devenir luminescente. Les Fils du Soleil et d’autres dieux d’avant avait une peau transparente qui brillait même en plein jour. C’est un effet de l’hyper luminosité de l’aura. Et c’est dû à l’action du Vibreur.
 
quatorze-chakras-caducee-.jpg
 
 
Le chakra Porte des Etoiles s’ouvre au troisième degré de l’éveil. Son nom est éloquent : tutoyer les étoiles, tout un programme. Inutile de déflorer cette effusion sublime avec des mots usuels, usés. Ils ne pourraient décrire un seul pétale de ce lotus qui en compte cent mille. Sachez simplement qu’il n’est rien de plus jouissif que de franchir cette porte-là. Toute ta vie, tu l’as portée, cette porte, hors de ta portée, pourtant tout près de toi dans ton aura. Juste au dessus du sommet de ton crâne. Disons à distance de couvre-chef…
 
Voyez comme la langue française est initiatique. Le chef, en vieux français, c’est la tête. On ne peut mieux dire. À notre époque hyper-intello, nous avons perdu la conscience de notre corps. Et quand je dis ‘nous’ je parle de nos têtes. Tout se passe dans la tête, tout vient d’elle, même nos rêves. Je parle des rêves ordinaires. Les rêves dirigés viennent du ventre. La tête est le chef. C’est la tête qui porte la culotte. La tête vient en tête, fais pas la tête, tête de con. Mon con joli. Beau comme un con. Mais je m’égare.
 
 
Les chakras secondaires
 
Je les baptisés secondaires, ça ne signifie pas qu’ils sont moins importants. Au contraire. Ils sont trop souvent délaissés, ce qui est dommage et dommageable. Notés en bleu, il s’agit des genoux, des mollets et de la plante des pieds. Comme on le voit, ils sont non seulement secondaires, mais doubles. Le schéma énergétique du caducée ne s’applique pas à eux. Pas plus qu’aux chakras majeurs. Il faut sentir et visualiser une autre circulation du vrille, la pratique peut y mener.
 
Sous le centre de base, principale pompe à vrille, se trouve un ensemble de chakras qui activent deux autres pompes à vrille, la plante des deux pieds. L’énergie brute du vrille est transformée par les chevilles puis par les genoux, avant de rejoindre le flux central qui s’origine au périnée, centre de base.
 
La plante des pieds est reliée au centre de base, car elles effectuent le même travail de pompage énergétique. Les chevilles sont reliées au centre sexuel. Les genoux au centre du ventre. Dans les genoux sont concentrés tous les engrammes liés à la tendresse sous une forme ou sous une autre. Un massage des genoux peut fort bien provoquer des larmes chez les personnes ayant souffert dans l’enfance d’un grave manque de tendresse.
 
 
Les chakras tertiaires
 
Les chakras tertiaires sont l’Ancre en F noir, et la Racine en E noir. Faisant pendant aux chakras majeurs, ces deux chakras sont sous nos pieds, dans la partie de notre aura qui s’enfonce sous le sol. La matière n’arrête pas le rayonnement.
 
Les fantômes et les corps astraux traversent les murailles, les montagnes et même le soleil. Pourquoi voudriez-vous que l’aura s’arrête au niveau du sol ? Elle est tout autour de nous, dans l’air, la mer ou la matière dure. Elle s’en fout. C’est notre âme, elle nous environne. Les pauvres lois de la physique n’ont pas d’effet sur elle. Au contraire, c’est elle qui a des effets sur les lois de la physique.
 
Le chakra de l’Ancre porte un nom éloquent, lui aussi. Il nous fixe dans une position subtile où il est facile de pomper l’énergie tellurique par la plante des pieds, mais aussi pas le chakra de base. Le pompage subtil sera beaucoup plus efficace quand on se trouve sur la terre, et non sur du ciment ou du goudron. La pierre, à condition qu’elle soit polarisée, présente bien des avantages dans cette nécessaire absorption énergétique.
 
Enfin, les pieds nus, posés directement sur ces surfaces sensibles, sont un atout supplémentaire. Pour sentir pleinement le flux d’énergie le plus fort du monde, à savoir celui de l’œil du labyrinthe de la cathédrale de Chartres, j’ai maintes fois expérimenté cet atout. Portez des nus-pieds faciles à ôter quand vous vous y rendez ; c’est plus discret que devoir ôter des chaussures fermées et des chaussettes !
 
À propos de labyrinthe avis à mes amis Bretons : celui de la cathédrale de Guingamp mérite le détour, sinon le voyage comme celui de Chartres. Il se trouve sous le porche de la rue marchande, malheureusement dans le passage de l’entrée, mais ça ne l’empêche pas de vous envoyer au ciel. Après l’essai, mettez-moi un mot pour décrire votre ressenti. Je suis friand de tout vos partages d’expériences.
 
 
Les racines
 
Enfin, les racines sont la partie subtile de l’être qui s’enfonce profondément dans l’infra-monde. Leur rôle est controversé. A travers eux, les créatures de l’infra-monde ont une possibilité de s’élever à notre niveau, passant par l’intérieur de notre aura et de nos corps subtils et physiques.
 
Quand j’ai compris ce phénomène, j’ai décidé de fermer ce passage que j’ai appelé la trappe de la cave. Je ne voulais plus que de la merde monte en moi et empoisonne l’existence ? La merde en question correspond aux alliés du nagualisme.
 
Mon bienfaiteur avait deux alliés, un homme-porte tout droit sorti de Castaneda et l’homme gris du Val sans retour, dans la forêt de Brocéliande. Les deux étaient effrayants et Flornoy n’hésitait pas à les sortir de sa gourde au bon moment. La terreur qui s’emparait alors de l’assistance semblait le ravir grandement. J’ai eu un allié moi aussi, du moins me l’a-t-on reproché. Terrifiant, ce monstre me sortait de la tête quand je me mettais en colère. J’en suis guéri maintenant, je lui ai donné sa liberté au Val sans retour, précisément. Cet endroit est un pôle négatif qui contient les entités de l’infra-monde, ainsi l’a voulu jadis la fée Morgane.
 
– Tu n’es pas obligé de fermer la porte de la cave, m’a dit Flornoy. Les créatures inférieures ont besoin de grimper. Que dirions-nous si toute ascension vers le monde supérieur nous était interdite ? Pour les inorganiques, s’élever à notre niveau correspond à l’éveil pour nous autres. Il est injuste et cruel de les en priver. La clé est de les laisser monter sans les garder en nous. Les laisser continuer leur ascension sans s’accrocher au sorcier qui les a tirés de leurs profondeurs.
 
Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas. Plus l’arbre pousse et étend ses branches vers le ciel, plus ses racines s’enfoncent profondément dans la terre. C’est pourquoi j’ai nommé ce chakra tertiaire Racines. Je sais que ce nom est déroutant. Pour les Hindous, « le chakra racine, également appelé Muladhara en sanscrit, est le premier chakra du périnée, situé à la base de la colonne vertébrale et tourné vers le sol. La vie et le siège du Kundalini, roulés sur lui-même comme un serpent.  » (source)
 
Cela ne s’applique qu’à l’hindouisme contemporain. La science hindoue des chakras est devenue le pâle reflet de ce qu’elle était jadis, quand Rama d’Hyperborée l’enseignait aux humains. La racine située au périnée est valable pour le yogi dans la position du lotus qui passe sa vie assis sur son cul. Mais pour le guerrier qui a des jambes et les utilise, les racines se trouvent plus bas. Nos pieds ont une plante et cette plante a besoin de racines.
 
Source : https://eden-saga.com/


27/08/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres