uni-vers la conscience

uni-vers la conscience

L’interaction entre l'Âme et la Terre par Pamela Kribb

fingerprint-2750393_640.png      Article très intéressant, pour avoir essayé la méditation sur la conciliation de l'enfant intérieur et l'Âme. Je dois dire que cela fonctionne très bien et facilite grandement notre éveil intérieur. Je vous souhaite de très belles découvertes.

 

 

 

Chers amis,

 

Je suis la Terre. Ressentez-moi dans le sol sous vos pieds, dans l’air que vous respirez. Prenez quelques instants pour vous enfoncer en moi et vous détendre. La tension qui naît de l’activité dans votre tête se dépose dans les tissus et les muscles de votre corps. Sachez que votre corps va vous aider à laisser cette tension s’en aller car ce n’est pas naturel pour le corps de retenir autant de tension, il veut la relâcher. Laissez votre esprit devenir vide, et permettez à votre attention de descendre dans votre corps. Prenez conscience de vos pieds, de vos chevilles et de vos genoux, et permettez à votre souffle de descendre peu à peu dans votre abdomen.

 

L’une des raisons pour lesquelles vous ne vous sentez pas en sécurité dans votre vie, c’est que vous n’êtes pas suffisamment bien enracinés dans votre corps. Il y a souvent une tension à la base qui vous tire vers le haut, et vous fait centrer votre conscience dans la tête – et vous faites cela bien trop souvent ! Vous êtes alors envahis par des pensées à propos des autres, de ce qu’il vous reste à faire, de ce qui n’a pas réussi ; ce genre de pensées qui causent de l’anxiété et de l’inquiétude et qui finalement ne correspondent même pas aux faits réels.

 

Faites une pause maintenant, loin de ce tohu-bohu cérébral. Votre corps peut vous y aider. Il aimerait bien que vous vous détendiez et que vous vous accordiez un peu de repos. Permettez à la tension de se décanter et aux pensées de ralentir graduellement. Percevez vos racines dans les profondeurs de la Terre. Votre corps appartient à cette Terre, il en est une extension, une expression. Les cellules de votre corps savent comment parvenir à un équilibre par un processus de récupération. Posez-lui ces questions : “De quoi as-tu besoin pour te détendre ? Que faut-il que je fasse pour sortir de ma tête ? Qu’est-ce qui peut m’aider à retrouver l’état naturel de mon corps, et à m’aligner sur lui ?” Le corps porte en lui une grande sagesse et il n’a pas d’ego. Il veut collaborer avec vous et vous servir, et il est naturellement focalisé sur l’équilibre.

 

Si vous observez quelles émotions dérangent le plus le corps, vous verrez que la peur est la principale. La peur grippe votre énergie et vous fait perdre votre enracinement, ce qui à son tour, vous empêche d’être suffisamment à l’écoute du courant naturel de votre corps, de votre cœur et de votre âme. Quand vous êtes sous l’emprise de la peur, vous vous contractez dans votre ego, et vous retirez votre lumière de votre corps. La lumière ne peut plus s’écouler naturellement dans votre corps ni rayonner à l’extérieur. Le résultat d’une telle contraction, c’est que vous finissez par être fatigués, voire épuisés, et que vous ne nourrissez pas votre corps correctement.

 

La seconde énergie qui dérange un corps, c’est ce que j’appelle la compulsion à tout contrôler, à vouloir ranger les choses, à les soumettre à votre volonté. Quand vous insistez pour avoir trop de contrôle, pour diriger et forcer, pour essayer d’être en charge des circonstances, vous mettez alors trop de pression sur la vie. Vous voulez la garder en mains, et cela vous épuise. Cela vous met dans la confusion, car vous essayez de contrôler la vie depuis votre tête, et cela échoue souvent car il y a des forces plus grandes qui doivent être prises en considération.

 

J’aimerais vous dire quelque chose à propos de l’interaction entre l’âme et la Terre, quelle que soit la forme que cette combinaison prend entre l’âme et le corps. Votre âme est bien plus ancienne que cette seule vie. Elle a visité la Terre maintes fois et chaque fois, l’âme essaie de créer un canal, de former une voie vers la Terre, de façon à pouvoir être vue au moyen d’un corps, et de se manifester dans cette réalité. Et le corps est d’accord pour coopérer. Il veut recevoir votre âme et laisser rayonner sa lumière, car c’est sa nature de prendre part au processus. Il veut recevoir en lui la lumière de votre âme, car en faisant cela, la Terre est aussi nourrie. J’aime recevoir votre lumière !

 

On pourrait donc dire qu’il y a un courant vertical du Ciel vers la Terre. L’âme descend et le corps s’imprègne de la lumière de l’âme – il est nourri et inspiré par elle. Le corps reçoit l’âme et la lumière passe à travers le corps jusqu’à la Terre. De ce point de vue, il n’y a à se soucier de rien et tout va bien, tout est comme il se doit. Alors pourquoi y-a-t-il autant de tension, d’anxiété, et de contrôle compulsif ? Ces énergies réactives, obsessionnelles, ont leur origine dans la société humaine. Elles proviennent de formes-pensées qui prévalent ici : les idées, les normes, les jugements, spécialement ceux issus du passé.

 

Ainsi, en même temps que ce courant vertical qui relie le Ciel à la Terre, où le corps et l’âme se tiennent dans une relation positive, il existe aussi une sorte de contre-courant à l’œuvre. Cela se passe davantage sur le plan horizontal et crée un empêchement. Ces courants horizontaux sont les forces contraires issues de la société, basées sur la peur et le jugement, sur l’idée que la vie sur Terre n’est faite que de survie, de lutte, et de compétition entre humains.

 

Sentez cette énergie quelques instants dans votre corps. Voyez d’abord le courant positif de haut en bas, comme votre âme veut descendre sur Terre et comme la Terre veut recevoir votre lumière au moyen du corps. C’est ainsi que c’est censé être. Voyez si vous pouvez ressentir ce courant de la tête aux pieds, de façon ininterrompue. À présent, sentez l’influence qui vient de la société. Ces pressions sont un mélange de peur, de lutte, de compétition, du besoin d’être meilleur que l’autre, de devoir travailler dur, des obligations, d’être redevable. Observez bien ce que ce courant vous fait.

 

Vous pouvez ressentir souvent, à un niveau purement physique, où ces énergies négatives limitantes vous affectent. Il se peut qu’elles soient déjà dans l’estomac, l’abdomen, la poitrine, le dos, la gorge, peu importe. Ce qui est important sur votre chemin de vie, c’est de ressentir toujours davantage la connexion verticale entre le Ciel et la Terre, entre l’âme et le corps. Il est important que vous soyez fidèle à ce courant de façon à ressentir très fort que vous êtes capable de faire face aux forces contraires de peur et de méfiance sur Terre, pour qu’à terme, elles aient beaucoup moins d’effet sur vous.

 

Quand vous commencez à ressentir votre connexion verticale – ce canal vertical – plus fortement, vous commencez à former votre propre contre-courant pour contrer ces énergies anciennes et la lumière s’écoule alors dans le monde à travers vous. Vous participez alors à formater l’énergie collective sur Terre et vous la redirigez en la rendant plus légère et plus radieuse, pour que d’autres puissent croire plus facilement en leur propre courant entre l’âme et le corps, en la connexion entre le haut et le bas.

 

Quand le fait de vivre selon votre âme devient un choix de vie, cela ne signifie pas vous aligner juste sur votre lumière intérieure, sur le courant qui passe de haut en bas ; cela signifie aussi vous séparer des énergies anciennes encore à l’œuvre dans la société. Vous faites alors un double mouvement. Vous rompez avec l’ancien monde et, en vous connectant avec votre âme, vous faites un pas dans un monde nouveau qui a l’intention d’éclore et de croître graduellement sur Terre et de devenir une réalité.

 

En ce sens, vous êtes un pionnier, une pionnière de la conscience, un artisan, une artisane de Lumière qui ouvre de nouvelles possibilités, simplement en suivant votre chemin. Beaucoup d’entre vous se trouvent au seuil de prendre un nouveau chemin. Mais vous pouvez être encore affectés par les forces contraires que vous avez absorbées en provenance de la société : les jugements, les limitations, les pensées négatives qui vous retiennent et empiètent sur votre courage et votre foi. Ayez de la compassion pour vous quand cela arrive. Il y a en vous un enfant plein de vie qui est d’une part, inspiré et capable de s’élever très haut dans le ciel sur les ailes de ses rêves et de ses visions, mais d’autre part, il est fragile et sensible à l’amour et à la reconnaissance des autres. Cet enfant a besoin de vous, de la force de votre conscience qui le prend sous sa protection quand c’est nécessaire.

 

À présent, imaginez que vous percevez la présence de cet enfant dans l’abdomen, dans le cœur, dans le torse, au centre de votre corps. Sentez la sagesse de cet enfant, ainsi que sa liberté, son insouciance et son originalité. Cet enfant originel n’est pas concerné par les dictats de la société – il est juste tel qu’il est. Ressentez un instant la lumière radieuse à la fois terrestre et céleste qui émane de lui. Cet enfant plein de vie est une merveilleuse fusion d’énergies terrestres et célestes. En même temps, c’est un enfant qui doit tracer son chemin dans la réalité terrestre et pour cela, il a besoin de vous.

 

Lorsque l’enfant est terrifié, qu’il a l’impression d’être trop petit, d’être incapable de faire face à la peur, à la négativité ou au jugement qui viennent de l’extérieur, il a besoin de vous pour se sentir nourri et soutenu. Chaque fois que l’enfant cherche de l’amour ou de la reconnaissance au dehors, l’intention est de lui donner vous-même ce dont il a besoin. Enveloppez cet enfant de votre force et de votre amour. Et je veux dire par là donnez-lui l’énergie de la Terre, la sécurité, l’espace person-nel et la force dont l’enfant a tant besoin.

 

Cet enfant a aussi besoin de limites. Dans sa réalité terrestre, il est essentiel que cet enfant apprenne quand donner et quand recevoir, quand il est approprié de ne pas s’impliquer et de poser une limite claire. Sentez comme cet enfant a besoin de cette fermeté de votre part, et donnez-la lui.

 

Peut-être pensez-vous : “Cet enfant ne connaît-il pas déjà cela ?” Non, l’enfant a besoin d’un adulte, d’un guide, pour tracer son chemin dans la réalité terrestre. Un enfant est par nature illimité, et cela fonctionnerait très bien dans une réalité où l’énergie de l’enfant est semblable à celles qui l’entourent, quand il y a une similitude d’esprit et que les énergies sont naturellement données et reçues. Mais dans cette réalité terrestre, et dans l’arène de tout environnement social, il est nécessaire que vous sachiez où votre énergie est bienvenue et quand il est bon de vous retirer et de tracer une limite.

 

Ceci est le processus d’harmonisation que vous avez besoin de faire pour l’enfant. L’enfant vous permet de voir ce dont il a besoin au moyen de ses émotions. Par exemple, s’il devient triste dans une situation, s’il se met en colère ou s’il se renferme, cela vous donne des indications. Et c’est à vous de répondre à ce signal afin de protéger l’enfant et de le soutenir par vos actions. C’est votre boulot d’adulte. Alors, l’enfant se sent sain et sauf, et aussi vu et entendu par vous.

 

Lorsque vous recevez la lumière de votre âme dans votre vie quotidienne, il est nécessaire que vous dirigiez cette énergie vers la Terre. L’enfant en vous veut recevoir, rayonner et vivre de cette énergie, mais il peut aussi éprouver de l’anxiété à cause des forces contraires qui existent dans le monde, et c’est vous qui pouvez le guider. Vous voulez établir quelque chose de beau, de grand et de lumineux grâce à votre âme. Mais il y a aussi des appréhensions ou des peurs tenaces venant de votre enfant intérieur qui vous retiennent. Vous êtes le canal entre les deux : votre âme et l’enfant.

 

Quand vous voulez vous connecter avec la Terre depuis votre cœur et suivre votre inspiration, imaginez que vous retenez votre âme de la main gauche. Imaginez-la bien plus grande que vous. Elle se trouve à votre gauche et vous tenez la main de cette figuration de votre âme qui est votre Soi essentiel. Vous pouvez la voir comme un ange ou comme un bel être radieux. Sentez l’impressionnante lumière de cet être plein d’amour, de joie et de sagesse.

 

Maintenant, imaginez un enfant que vous tenez par la main à votre droite. Cet enfant aussi est beau et radieux, quoique de manière enfantine, innocente, parfois naïve, et par moments un peu impulsif. L’enfant est le gardien de votre force vitale, il porte en lui vos racines liées à la Terre. L’enfant est votre connexion à la Terre. L’intention est qu’une fusion, une union, prenne place en vous entre l’âme et l’enfant, entre le Ciel et la Terre. Voyez si vous pouvez ressentir cela : l’enfant à votre droite et votre âme à votre gauche. Soyez le canal entre les deux.

 

Ou encore, imaginez votre âme devant vous, sous la forme d’un grand être, chaleureux, plein d’amour, alors que l’enfant est lové dans votre ventre et que vous laissez l’énergie circuler dans cette direction, de l’arrière vers l’avant. Quelqu’en soit le sens, ayez conscience de votre position centrale. Littéralement, vous êtes un médiateur. Vous êtes le guide pour le courant d’énergie. Vous savez quand c’est le moment de faire un pas ou de changer de direction afin de permettre à l’énergie de l’âme de s’écouler, tout en prenant en compte les émotions de l’enfant en vous qui doit faire ce pas dans la réalité quotidienne.

 

J’aimerais illustrer ceci en termes concrets. Imaginez-vous dans cette situation : vous avez un emploi qui vous a plu initialement. Mais à présent, vous avez de plus en plus l’impression : “Ce n’est pas moi du tout, je ne me sens pas concerné par ce travail.” Vous vous sentez mécontent, peut-être que vous dormez mal. Il y a des tensions dans votre corps et vous essayez d’abord de résoudre ce dilemme de toutes sortes de façons sans que rien ne change au fond. Peut-être qu’il s’agit d’un problème de manque de reconnaissance, ou d’un sentiment de ne pas pouvoir vous exprimer dans ce travail, comme c’est le cas pour beaucoup d’entre vous.

 

Quand cela arrive, c’est parce que la puissance de votre âme est en train de se réveiller. Elle frappe à votre porte et cela soulève de l’anxiété chez vous car cela annonce des changements. On pourrait dire que votre enfant intérieur réagit en se divisant en deux aspects : d’un côté, il aspire à davantage d’imagination, de liberté et d’espace dans lequel se mouvoir. Il a envie de jouer et d’exercer sa créativité. De l’autre côté, il a peur d’être grondé en s’écartant des sentiers battus, en faisant quelque chose de nouveau, hors des normes sociales acceptées.

 

Un enfant est naturellement plus vulnérable aux influences extérieures et il y réagit plus fortement, il a donc besoin de votre force, de votre persévérance, de votre détermination pour ne pas les écouter. Il a besoin de lâcher prise sur des ressentis d’anxiété, de nervosité et de peur, pour s’abandonner à la puissance de votre âme à la place. Voyez le rôle de médiateur que vous jouez. Chaque fois que vous vous ouvrez davantage à votre âme – et c’est ce que vous désirez car c’est le but de votre vie – alors, tenez fermement votre enfant intérieur par la main, car il a besoin de se sentir en sécurité.

 

C’est vous qui pouvez donner cette sécurité à l’enfant, et la clé pour faire cela, c’est que vous sachiez que vous êtes une ancre pour lui ; non le monde, mais vous. C’est vous qui lui apprenez que vous êtes en mesure de lui offrir la sécurité dont il a besoin, et il n’a donc pas besoin de rechercher cette sécurité auprès de parents, d’un milieu de travail, d’amis ou de collègues. Vous êtes son ancre, cette fondation est en vous. C’est votre boulot – votre rôle de médiateur entre le Ciel et la Terre. Soyez le parent de votre enfant intérieur, soyez son gardien et son protecteur. L’énergie de votre âme peut alors descendre au fond de votre abdomen, dans vos émotions et vos racines. L’enfant en vous peut se sentir sain et sauf, soutenu, et être capable de se lancer avec confiance dans le monde extérieur.

 

Chez beaucoup de gens, il arrive qu’ils soient ouverts à la lumière de leur âme et à l’inspiration qui l’accompagne : les aspirations et les rêves. Cependant, leur abdomen leur reste fermé, car des émotions de peur y sont présentes et elles ne veulent pas être vues, parce qu’il y a de la honte et de l’impuissance. En résultat, l’inspiration, la lumière de l’âme, ne peut pas s’ancrer correctement, ne peut pas s’enraciner dans la vie quotidienne, dans la pensée et l’action quotidiennes, ce qui à terme, déséquilibre la personne. Le résultat est que cela creuse un fossé entre vos rêves, vos souhaits et vos désirs d’une part, et la réalité ordinaire d’autre part. Mais l’intention de votre âme est que vous combliez ce fossé de façon à pouvoir croire en vos rêves et en vos désirs et les réaliser.

 

Prenez votre enfant intérieur par la main ; apprenez-lui à se tourner vers l’intérieur quand il doute et qu’il est incertain. Apprenez-lui à être indépendant des influences du monde alentour. Alors, vous devenez fort-e, puissant-e, et enraciné-e, et le courant de votre âme peut être canalisé dans la Terre.

 

C’est un processus qui prend place peu à peu, et chaque personne a son chemin unique. Sentez les forces du Ciel et de la Terre qui veulent vous soutenir au cours de ce processus, et en même temps, voyez votre rôle essentiel de médiateur. Dans ce rôle, réside votre grandeur : coopérer avec ces forces célestes et terrestres, celles de votre âme et celles de votre enfant intérieur.

 

Je vous remercie pour votre attention et de tout cœur, je vous offre mon amour.

 

© Pamela Kribbe



28/01/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres